Ca y'est ! Finies les nuits presque blanches à piquer du nez sur mes notes, finies les crampes du poignet à synthétiser les lectures obligatoires, finie l'étrange ressemblance avec Frankenstein au saut du lit, finies les irritations, les maux de ventre, les migraines, bref, fini le semestre et les examens finaux ! J'en ai officiellement fini avec les Relations Publiques, un domaine qui ne m'intéressait pas vraiment en fin de compte, et je vais pouvoir profiter de mes trois semaines de vacances pour pouvoir enfin me reposer ! Enfin, rien n'est moins sûr...

Lundi 19 décembre, direction l'aéroport Pierre-Eliot Trudeau (MTL City b*tches !) pour m'envoler vers mon beau pays de la baguette et du saucisson après un an de séparation. J'avais presque oublié ce que c'était d'attendre dans un aéroport... Arrivée 2h30 à l'avance, personne dans la queue d'enregistrement des bagages, chouette, il me reste 2h20 à glander... Comme vous le savez déjà si vous avez lu les articles précédents (j'espère pour vous, sinon je risque de remettre la guillotine au goût du jour...), une de mes activités préférées est d'observer les gens qui m'entourent. Et quoi de mieux pour ça qu'un aéroport ? Entre les familles nombreuses stressées (il est où le comptoir ? Mais non, c'est par là, je te dis ! Ah, Gérard, arrête, t'es de mauvaise foi, je te dis que c'est par là-bas !), les pseudo-Indiana Jones qui voyagent seuls avec leur sac à dos Quechua qui fait 2 fois leur taille, et les couples avec un bébé qui soupirent d'avance en pensant à leur long voyage pendant lequel ils subiront les regards menaçants de leurs voisins et les cris de leur progéniture qui a mal aux oreilles/faim/soif/sommeil/la couche pleine, j'ai de quoi faire en matière de distraction. Ah, c'est l'heure de me rendre à la porte d'embarquement ! Encore une occasion de jeter un coup d'oeil autour de moi : les couples qui s'embrassent à pleine bouche comme s'ils ne se reverraient jamais, les mères-poules qui serrent leurs enfants dans leurs bras et les assomment à grand coups de bisous baveux, les amis qui se contentent d'un signe de la main pour ne pas avoir l'air trop sentimental... Il y a aussi ceux qui ont emmènent tout leur appartement dans leur micro sac et qui, bien entendu, sont juste avant toi dans la file pour passer la sécurité et qui prennent 4 bacs à eux seuls. Il y a aussi ceux qui n'ont toujours pas compris qu'ils n'ont pas le droit d'emmener bouteille d'eau, flacons de parfum, crèmes et autres, et ceux qui passent 3 fois sous le portique et qui sonnent à chaque fois.

Bref, je suis enfin montée à bord de l'avion. Le pilote annonce 5h55 de vol (il devait être pressé...). J'ai déjà vu les films proposés et je n'arrive pas à dormir, sûrement l'excitation... Arrivée à Roissy-Charles de Gaulle au petit matin, je respire enfin l'air français,  je cours récupérer ma valise amputée d'une roue (qui arrive au bout de 45 minutes, vive l'efficacité des bagagistes...), mais la meilleure partie du voyage a été de revoir le sourire de mes soeurs et me laisse emporter par leur joie de vivre et leurs rires =)

Je risque d'être pas mal occupée ces prochaines semaines, j'ai des câlins à distribuer... ;)

Bonnes vacances et joyeuses fêtes à tous !